Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
119 Abonnés
Nouvelles classées
+ Année 2017
 -  Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
Archives revue
Infos
Visites

 233249 visiteurs

 3 visiteurs en ligne


Léopold II et les morts au Congo - par webMaster le 17/01/2016 @ 21:12

LEOPOLD II ET 10 MILLIONS DE MORTS AU CONGO : DU VRAI ET DU FAUX

Depuis quelques années, et spécialement à l’occasion de l’annulation de la cérémonie d’hommage à Léopold II au moment du 150° anniversaire de son accession au trône, les critiques les plus sévères se sont fait entendre contre l’action du roi au Congo. Plus d’une fois, des personnalités et des médias ont parlé de 10 millions de morts, certains ont même avancé le terrible terme de génocide de Léopold II au Congo ! Ce sont ces dernières affirmations qui m’ont fait réagir, et m’intéresser plus sérieusement à la question car il me semblait qu’à l’époque la population entière du Congo ne pouvait pas dépasser 10 millions d’habitants ! Voici ce que je retiens :

-          Que Léopold II n'ait pas contrôlé ses troupes au Congo, et qu'au contraire, il les ait pressées, car il avait absolument besoin d'argent à cette époque, notamment pour « construire » Bruxelles c'est une évidence prouvée historiquement.

-          Que les premiers colons au Congo étaient principalement des aventuriers, c’est certain, les lettres de plusieurs d’entre eux témoignent de la brutalité de plus d’un !

-          Que le roi ait fermé les yeux sur les exactions de bien des Belges au Congo et principalement dans les régions du caoutchouc, c’est également prouvé historiquement. Même si plus d’une fois il fait des remarques. Les anciens du Mayumbe ont entendu parler du « commandant Jacques, Kikwanga, kwanga ntu », qui a sévit dans la région bien après.

-          Que des milliers de Congolais aient été tués froidement lors de représailles contre les villages, lors de chasses aux fuyards ou en punition suite à une "faute", cela aussi est prouvé historiquement, les récits de leurs auteurs en témoignent.  

-          Qu’il y ait un certain nombre de mains tranchées sur des congolais bien vivants, les témoignages d’agents et de missionnaires protestants sont éloquents. En effet, les soldats venus de Zanzibar devaient prouver que la cartouche manquante à l’appel avait bien servi pour tuer un congolais, ils devaient rapporter sa main droite. Et lorsqu’ils rataient leur cible ou qu’ils avaient tiré un gibier, c’était leur manière de se justifier ! De plus, il semble que c’était une coutume à cette époque, de ramener « un trophée ».

-          Que des milliers de Congolais soient morts de faim, d'accident ou de noyades lors de fuites, cela aussi est fort probable.

-          Que des Blancs se soient livrés à des tortures inhumaines, séquestration d'enfants et d'épouses en vue d’obliger les Congolais à rapporter du caoutchouc, cela aussi c'est prouvé, et même, était monnaie courante à l’époque.

     Mais 10 millions de morts ? Sur quelle base affirme-t-on cela ? Combien de millions de Congolais peuplaient le Congo en 1900[1]. Stanley, lors de la descente sur le Fleuve aurait, recensé 17 millions d’habitants peu avant ! Et, le journaliste Morel cite le chiffre de 7.248.000 lors du premier recensement « officiel » de l’EIC en 1912 ! C’est ainsi que certains auteurs ont osé affirmer qu’en près de trente ans, la population congolaise aurait diminué de 10 millions, suite à l’action de Léopold II.

  La réalité, c’est que les « recensements » n’étaient que des évaluations et des extrapolations. Ainsi, Stanley, en descendant le Fleuve évalue la population qu’il voit sur les berges, ensuite, en extrapolant ce chiffre à l’ensemble du Congo, il arrive à 17 millions d’habitants, chiffre totalement farfelu ! On sait également que lors de la Conférence de Berlin Stanley a inventé une somme astronomique afin de persuader les pays de la nécessité de  contourner les cataractes grâce à un chemin de fer.

Il semble donc qu’au 19ème siècle la population congolaise était sans doute bien inférieure à 10 millions d'habitants. « À titre de comparaison, la Rhodésie du Sud (ex-Zimbabwe) voisine, dont le territoire représente près d'un quart de celui du Congo, recensait à peine un demi-million d'habitants à la même époque. L'Égypte et le Nigeria, avec plus de 100 millions d'habitants aujourd'hui, en comptaient à peine 4 millions au 19ème siècle. Avec ses forêts vierges, le Congo avait une densité de population peu élevée, comparable à celle de l'Amazonie. En explorant le Congo, Stanley a extrapolé bien à tort les populations plus nombreuses situées le long des rivières à l'ensemble du territoire, comptant celles-ci par dizaines de millions ».

Conclusions : Il est absolument impossible de chiffrer exactement le nombre de victimes de l’exploitation du Congo par Léopold II, mais que des milliers de congolais aient été froidement massacrés, c'est certain. De même pour les mutilés et torturés. Que les méthodes employées à cette époque par les Blancs étaient connues du Roi, c’est certain ; qu’il ne s’y soit pas opposé avec la vigueur voulue,  cela aussi est certain aussi.

Mais qu'on parle de génocide ou de 10 millions de morts, il faut arrêter de fabuler. Un livre récent peut nous éclairer et qui, à mes yeux a pu rassembler le plus de documents authentiques, est  celui de Daniel Vangroenweghe DU SANG SUR LES LIANES (édition revue et corrigée en 2014 par les Editions Aden/Bruxelles). La première édition en 1986 a d'ailleurs été soumise à une enquête parlementaire (l’auteur étant été accusé « d’outrage à la royauté »). Et après de nombreux débats, cette dernière conclu sur....... un non-lieu : tout est historiquement prouvé.

Ces derniers temps, heureusement, plusieurs articles très sérieux ont été publiés dans des revues tels que Le Vif Express, l’Echo, Libre Belgique etc…

Mais ce qui est vrai aussi, c’est que de nouvelles maladies ont certainement emporté des dizaines de milliers de Congolais : grippe, djiques, typhus, MST etc…, et cela, dans tout le Congo. Dans son ouvrage, l’auteur ne s’aventure pas à citer des chiffres, mais tout en donnant un nombre impressionnant de témoignages des atrocités commises, il ne nie pas que le nombre des victimes des nouvelles épidémies ait été bien supérieur au nombre de victimes des atrocités.

Je ne suis pas un ardent défenseur de l’action coloniale de Léopold II, mais pourquoi le monde entier s’est-il mobilisé contre lui en laissant de côté les atrocités commises en Afrique du Sud, en Rhodésie, au Tchad et autres colonies. C’est certainement à cause de l’horreur des « mains coupées », mais certainement aussi également par jalousie : « Comment est-ce possible que le roi d’un si petit pays puisse s’emparer d’une de la région la plus riche d’Afrique » ! Que dire également de l’extermination d’une grande partie des indiens d’Amérique du Nord, ainsi que des massacres en Amérique Centrale et du Sud ? Il ne faut pas oublier non plus que le rapport officiel de la Commission d’enquête internationale de 1904 note les nombreux apports positifs de l’action du roi : lutte anti-esclavagiste, construction de routes, de ports, d’hôpitaux, écoles, électricité etc…

Jean Peeters, cicm