Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
136 Abonnés
Nouvelles classées
+ Année 2018
 -  Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
Archives revue
Infos
Visites

 284238 visiteurs

 7 visiteurs en ligne


 
 
 
 
Notre confrère Quiterio donne des nouvelles encourageantes
de République Dominicaine
 
 
MARCHE VERTE : LE RÉVEIL DU PEUPLE DOMINICAIN
(Quiterio Galvá Lamarche cicm)
 
   L’année 2017 a été une année particulière pour le peuple dominicain : l’expression de son ras-le-bol de la corruption et de l'impunité. Il y a exactement un an, le 21 Décembre 2016, éclatait l'affaire Odebrecht aux Etats-Unis : la révélation de plus de 92 millions $ en pots de vin accordés aux autorités politiques dominicaine lors d’appels d'offre en vue d’obtenir le marché de travaux publics pour des infrastructures en République Dominicaine.
 
   Avec le scandale ODEBRECHT, une porte s'est ainsi ouverte pour dévoiler les problèmes qui nous affectent profondément. On peut constater que les sondages avant les élections de 2016, ont montré un désintérêt pour les affaires de corruption : seulement 7-8% d’intérêt populaire. Un an plus tard, les sondages parlaient de 98% de Dominicains qui se préoccupaient de ce crime et de la situation actuelle du pays.
 
   Le 2 janvier 2017, une première réunion préparatoire s’était tenue en vue d’organiser une grande marche citoyenne à la fin du mois, pour mettre fin à l'impunité. Dès le début, le processus a été coordonné par une articulation large et diversifiée d'acteurs de tous les secteurs de la société : militants, journalistes, citoyens indépendants, groupes paysans, dirigeants syndicaux, organisations à but non lucratif, Églises, religieux (ses).
 
Pour cette première marche, environ 7.000 à 15.000 personnes étaient attendues, mais 100.000 ou même plus ont répondu à l’appel. L’invitation à la marche a ouvert la porte à une multitude d’organisations sociales qui voulaient mettre fin à la corruption.
 
   La Marche Verte a donné naissance à un nouveau slogan : IMPUNITÉ. Cela a conduit énormément de monde à se joindre à la marche, peu importe le parti politique ou l'Église auxquelles ce personnes appartenaient. Toutes voulaient mettre fin à l'impunité et se sont mobilisées. Il n’y avait aucun drapeau politique ou autre, mais tous étaient convaincus que la SOUFFRANCE SOCIALE DE LA POPULATION devait stopper. C'est la ville elle-même qui a donné à la marche le nom de MARCHA VERDE.
 
   Au cours des huit mois qui suivirent, la lutte s’est décentralisée et des activités diverses se sont mobilisées autour d’objectifs prioritaires : le Livre vert, La Flamme verte, des marches provinciales et régionales, Voisinage vert, Tables de discussion, Green Forum…  Ainsi, les citoyens de tout le pays ont mené des mobilisations dans leurs territoires respectifs telles que cela n’a jamais existé auparavant 
 
IMPACT DE LA MARCHE VERTE DANS LE CONTEXTE POLITIQUE DOMINICAIN
 
Après neuf mois l’impact de la Marche sur l'ensemble du territoire national et étranger est visible, car elle a provoqué un changement sur la scène politique dominicaine et surtout sur les comportements des particuliers. Le mouvement a ouvert une fenêtre d’espoir pour la réalisation de vrais changements dans la manière dont les ressources publiques sont administrées et la justice appliquée. Mais en plus, elle a amené au centre du débat public, la possibilité que le PLD soit chassé du pouvoir. 
Concrètement, les revendications pour mettre fin à l'impunité ont monopolisé les agendas publics pendant 8 mois, reléguant au second plan le Président de la République et les partis traditionnels.
 
Cette Marche Verte a monopolisé d’une manière indéniable l’ensemble des réseaux sociaux, surmontant tous les efforts du parti au pouvoir et ses stratégies robotisées en vue de la museler. Toutes les études indiquent que cette Marche a monopolisé les réseaux comme jamais auparavant en République Dominicaine.
 
Le mouvement a évolué en action politique et en exercice des droits pour des centaines de milliers de citoyens qui n'avaient jamais auparavant été mobilisés pour une cause et qui avaient perdu tout espoir de changement.
 
March Green a créé et valorisé de nouvelles façons de vivre la politique en favorisant la participation des jeunes et des femmes dans les espaces de parole et de prises de décision. La mise en valeur des assemblées en tant qu'espaces délibératifs a également été mise en phase avec les secteurs de la population qui aspirent à des changements dans la culture politique dominicaine. Ces contributions ont élargi l'imaginaire et l'horizon du politique avec des expressions concrètes.
 
La volonté de mettre fin à l'impunité a réduit l'hégémonie du PLD et du gouvernement en créant une atmosphère dans laquelle bien des questions sont soulevées et réitérées dans tous les coins du pays et à l'étranger. De manière transversale, l'existence de la Marche Verte questionne et réduit le monopole du système des partis et ouvre un espace pour la discussion autour des transformations structurelles et le remplacement de la direction politique actuelle.
 
La Marche Verte a permis l'émergence de nouveaux dirigeants, de nouveaux interlocuteurs politiques à vocation nationale et locale. Les verts de chaque province et municipalité portent le flambeau de l'espoir avec une grande crédibilité et un pouvoir de rassemblement.
 
Enfin, nous pouvons affirmer qu'à ce jour, la Marche verte a accumulé un capital politique important, capable d'influencer les transformations politiques et institutionnelles nécessaires pour garantir la fin de l'impunité.
 
LES OBJECTIFS DE LA MARCHE VERTE
 
Les objectifs de la Marche verte sont :
a) Attaquer et mettre fin à l'impunité.
b) Générer de l'espoir, promouvoir le changement et motiver toute la population
c) Résoudre le vide des organisations sociales.
d) Montrer qu'à partir de la Marche Verte, il est possible de résoudre les problèmes.
e) Ne pas permettre au mouvement d'être vaincu.
f) Ne résout pas les problèmes de violence.
g) La marche verte est un mouvement social qui n'a pas de leadership individuel (il n'y a pas de petits leaders).
h) La Marche verte ne doit jamais devenir un parti politique.
 
Dans la Marche Verte, le citoyen devient le centre du mouvement, le protagoniste d'une histoire dans laquelle, pour la première fois ils seront gagnants et sauront « mettre fin au régime de la corruption et l'impunité qui nous opprime. »
 
La tâche de la Marche Verte est d’inviter les secteurs organisés à construire ensemble dans les Forums Verts les propositions en vue de transformations institutionnelles et politiques qui garantissent la fin de l'Impunité à travers le Programme Vert. Dans ces forums, chaque organisation présente 5 exemples qui illustrent comment la corruption et l'impunité les affectent ; 10 propositions de changement ; et 5 actions – engagements - qu'il soutiendrait afin de garantir l'exécution du programme vert.
 
Dans les Forums Verts, les propositions des citoyens participants aux assemblées municipales de chaque région seront présentées. Tous les citoyens peuvent participer à la construction du Programme Vert en tant qu'outil démocratique authentique et puissant afin de mettre fin à l'impunité.